Boys Don't Cry | 1999

  • rachel
      Île-de-France  
     
    Résumé

    Teena Brandon, une jeune adolescente du Nebraska, assume mal sa condition de fille. Elle déménage à Falls City et devient Brandon, un garcon aux cheveux courts, très vite adopté par une bande de désoeuvrés. Teena-Brandon s'intègre au groupe mais reste toujours prisonnière de cette crise d'identité sexuelle qui l'a hantée sa vie entière. Elle tombe amoureuse de Lana, la petite amie de John. En découvrant la vérité sur Teena, ce dernier entre dans une rage meurtrière. D'après un fait divers authentique.


     
    Réalisé par Kimberley Pierce
    Acteurs principaux Hilary Swank, Chloé Sevigné
     
    Avis de rachel

    Août 2013, je découvre ce film, il se fait tard lorsque je le termine et je pleure lorsqu'à la fin je lis le petit mot qui dit que "Lana a ensuite quitté Fall City ...." . Je pleure parce que je réalise que c'est tiré d'une histoire vraie et que l'être humain n'est pas aussi "sapiens sapiens" qu'il veut le croire. Pleurer, ça ne m'arrive que rarement en général et encore moins après un film. Mais celui-ci rentre clairement après cette date au Panthéon de mes films préférés.

    Donc oui, je conseille fortement de le voir si vous ne l'avez pas vu. C'est un film fort, Swank et Sevigné et même celui qui joue John sont brillantissimes 

    Le scénario est tiré d'un fait divers, même si cette expression me gêne toujours, donc la trame de l'histoire est intéressante, et la réalisatrice ne fait "que" sublimer une histoire originellement forte.

    Voir comment Teena, parce qu'elle est jeune et insouciante et innocente,  enchaîne erreurs sur erreurs avec une maladresse touchante, ça m'a boulversé. Lana, la belle Lana, est un personnage extrêmement fascinant, je pense pour ma part que dès leur "première fois" elle avait compris que Teena était une fille, malgré le subterfuge. Et malgré ça, elle est quand même tombée amoureuse de Teena/Brandon, en tant que personne.

    Ce film aborde le thème de la transexualité et de l'homosexualité, de manière quand même indifférenciée, mais je ne considère pas que ce soit un problème ici ,dans la mesure où Teena, et elle le dit elle-même, est dans le doute. Elle est tellement confuse sur la question de son "identité", que le film peut ne pas répondre à la question un peu bêta "alors elle est lesbienne ou transexuelle ?". Il faut dire qu'elle est à une période charnière de sa vie , juste au tournant de l'adolescence et de l'âge adulte. Lorsqu'il faut grandir. Et ça fait mal de grandir parfois.

    Certaines scènes sont horribles, sans vouloir tout vous dévoiler je vais quand même dire quelqiues mots sur celles qui m'ont le plus émue : la scène du viol et celle du "on va voir si tu es un garçon ou une fille en t'enfonçant un doigt jusqu'aux entrailles" (c'est pas dans le dialogue mais c'est comme ça que je peux traduire par des mots ce qui se passe).

    L'autre thème plus sociologique et psychologique mais qui me sembe tout aussi important, c'est la déliquescence d'une jeunesse sans but dans une Amérique profonde et blanche que l'Etat semble avoir délaissé. Alors ils font du rodéo sur des pick-ups, ils boivent beaucoup de bières, c'est la "wasted generation" (génération gâchée), et si ils ne faisaient que ça, il n'y aurait pas "mort d'homme". Mais ils sont si peu cultivés que lorsqu'ils croisent une personne différente, Teena, "ils veulent du sang, des cris, des morts".

    Enfin dernière raison le film est esthétiquement bien filmé, en particulier les dernières scènes, avec un jeu de lumière et d'éblouissement qu'en tant qu'admiratrice du Caravage et des peintres du clair-obscur, j'ai beaucoup apprécié.

     
    Thèmes abordés
    Homosexualité  transgenre  Jeunesse  pauvreté  "la petite Amérique profonde"   

Commentaires