Dans la ville des veuves intrépides - James Cañon | 2010

  • woot
      Namur  
     
    Résumé

    Depuis le jour où les guérilleros ont débarqué et réquisitionné tous les hommes du village de Mariquita, les femmes sont livrées à elles-mêmes. Qu’à cela ne tienne ! Peu à peu, les ménagères soumises, les épouses dociles vont s'organiser et instaurer un nouvel ordre social et inventer une nouvelle manière de vivre. Ainsi, les très moustachues soeurs Morales décident de remédier à leur condition de célibataires frustrées en créant un bordel ambulant ; Francisca, la veuve d’un grippe-sou notoire, mène la grande vie après avoir découvert le magot de son mari. Et puis, il y a la tenace Rosalba, auto-proclamée maire, et le padre Rafael, seul rescapé de la gent masculine, volontaire pour assurer la procréation de la nouvelle génération... Baroque, éblouissante de fantaisie, la chronique tragico-burlesque d’une bourgade perdue au fin fond de la Colombie.

     
    Ecrit par James Cañon
     
    Avis de woot

    Livre intense que je n’ai pas pu lire en une traite, mais que j’ai découvert fable après fable. Chaque chapitre est en effet, un mini roman tour à tour loufoque, ironique, dramatique, philosophique qui nous permet de découvrir le destin d’une femme, d’une famille ou des quelques hommes restants après la disparation de leurs condisciples du village.

     

    Les thèmes principaux abordés sont : la critique du traitement fait aux femmes par les hommes, la stupidité de la situation politique colombienne, l’inutilité et l’hypocrisie de la religion, les grands défauts des hommes et surtout les nombreux petits défauts des femmes qui mettent bien longtemps avant de s’organiser, de s’aimer entre elles et de transformer le village en quasi-paradis sur terre en suivant l’idéal communiste.

     

    J’ai bien aimé l’originalité du roman et évidemment l’idée de l’évolution et de l’épanouissement d’une communauté sans hommes même si la vision de l’auteur reste fondamentalement masculine et qu’il tend à vouloir démontrer que les hommes restent indispensables et ont leur place dans la nouvelle communauté s’ils respectent les femmes et le principe de totale égalité. 

     

    Certaines fables sont passionnantes et se lisent très vites, d’autres sont plus poussives quand trop surréalistes, mais au final c’est un roman sympathique et qui laisse une impression très agréable.

     
    Thèmes abordés
    Homosexualité  Colombie  Femmes  Religion  Organisation sociale  Communisme  Humour 

Commentaires